mercredi 22 février 2017

Vous serez responsables d'un deuxième tour dramatique

Je sais qu'il n'est pas raisonnable d'écrire sous le coup de la colère, mais il est aussi vivement conseillé  de crachin son venin. 
Si je pars du postulat proposé par le dernier sondage sur les intentions de vote Elabe pour L'Express et BFMTV publiée ce mardi, la Le Pen arriverait en tête au soir du premier tour, avec un Fillon requinqué en deuxième position. Macron, en chute libre ne serait plus dans la course.
Bien évidemment, je sais ce que valent ces sondages, bien évidemment, nous sommes encore à 60 jours du premier tour de scrutin, mais, si cette hypothèse se confirmait dans les semaines à venir, il nous faudrait choisir entre la Le Pen, et le Fillon pour accéder à la fonction suprême de la nation.

Autant vous dire, tout de go, que ça me colle des frissons dans le dos.
C'est bien pour cela que je titre "Vous serez responsables d'un deuxième tour dramatique". 
Oui, mesdames, messieurs, élus, éléphants, éléphanteaux, militants,  messieurs Macron, Mélenchon, Hamon, vous serez tous responsables de ce fiasco si un candidat de gauche ne figure pas au second tour. Inutile alors, de faire mea-culpa, ou rejeter la faute sur la cousine du voisin, qui connaissait le fils de la concierge...
Très vulgairement, je l'avoue, avec vos stratégies égoïstes, de partisans, de bornés, de militants imbéciles, vous allez nous foutre dans la merde.
Lorsque je constate qu'après la primaire socialiste, certains ministres, secrétaires d'Etat, députés,  élus en tous genres ne font pas l'unité autour de la candidature du candidat désigné par le vote des électeurs, j'ai grandement envie de leur coller mon pied au cul.
Mélenchon et Hamon ne sont pas capables de mettre leurs égos de côté, alors qu'ils savent pertinemment qu'ils ne feront pas plus de 13% chacun au premier tour. Face à ces postures de sales gosses dans la cour de récré, j'ai là aussi envie de sortir la boîte à claques.

Dans cette hypothèse tragique, je vous entends déjà, les uns et les autres, nous supplier de faire l'union nationale, ou union sacrée et nous encourager à voter Fillon au second tour.
Oui, je vous entends déjà, vous en êtes bien capables, alors que vous serez coupables !

vendredi 17 février 2017

Les blogueurs et Benoît Hamon...

Quelques poids lourds de la blogosphère de gauche s'engagent à soutenir Benoît Hamon.

Le dernier en date et non des moindres est Nicolas, (très actif dans l'équipe web de François Hollande en 2012) et number one  pendant de très longs mois du classement des blogs politiques au classement Wikio.
Depuis quelques semaines, son cœur  balançait entre Macron et Hamon. Les déclarations du candidat  d'En Marche, à propos du mariage pour tous ont été suffisantes pour que Nicolas fasse son choix. Sa conclusion est suffisamment claire et éloquente : Macron n'est pas un progressiste. C'est un type qui ne comprend visiblement rien au processus législatif. Qui n'est pas progressiste est nécessairement réactionnaire. Alors qu'il passe pour moderne. Il va griller sa campagne. Lire  l'intégralité de son billet Macron dit des conneries, je choisis Hamon ! Hop !


Autre soutien de poids avec Melclalex. Cet ancien soutien d'Arnaud Montebourg  aux dernières primaires a très bien joué le jeu fixé par le PS qui voulait que les perdants se rangent derrière le vainqueur afin de faire barrage à François Fillon et au FN. Melclalex, qui lui aussi,  était dans l'équipe web de François Hollande en 2012 est très actif sur les réseaux sociaux. Suivez-le !

Arnaud Mouillard,  ce blogueur très actif en Normandie et en France a soutenu la Motion "A Gauche pour Gagner !" à l'occasion du dernier congrès du PS. Arnaud blogue depuis 2005. C'est vous dire la perspicacité du jeune homme ! Ses engagements sur Twitter et Facebook sont également des modèles du genre.

Rajout de dernière minute : CyCee BAH blogueuse émérite ne manque pas dans son billet du jour, Revenu universel : (utopie) utile ! d'apporter également sa pierre à l'édifice. Sa conclusion sur le revenu universel est limpide : Bref, ce débat est stimulant. Il permet de penser la société et ses évolutions ! Et rien que pour cela, on peut soutenir Hamon ! Non ? Allez la lire !

Cette liste n'est absolument exhaustive et si vous aussi, vous soutenez  Benoît Hamon, faites-le moi savoir en commentaire, ce sera l'occasion d'un nouveau billet.

samedi 11 février 2017

Est-ce que .... ... ça reste encore à peu près convenable ?

Luc Poignant, porte-parole du syndicat Unité police SGP-FO, dans l'émission "C dans l'air", du jeudi 9 février a osé lâcher : D'accord, Bamboula, ça ne doit pas se dire... Mais ça reste encore à peu près convenable
Ces propos sont absolument odieux ! 
Malgré les plus plates excuses du fonctionnaire sur l'antenne de France-Info, cela traduit un état de pensée global des forces de l'ordre à l'égard des personnes de couleur. En revanche, il ne faut pas généraliser...
L'affaire est suffisamment grave pour que le ministre de l'Intérieur, Bruno Le Roux recadre Luc Poignant En toutes circonstances, l'exemplarité, l'éthique, le respect des personnes et celui des valeurs de la République, doivent guider l'action et le comportement des forces de l'ordre.
C'est bien aussi pour cette raison, que j'ai préféré mettre des petits points dans le titre de ce billet et aussi parce que ce Poignant là, doit être assez procédurier pour pleurnicher devant les instances juridiques. Certains osent tout...

vendredi 10 février 2017

Marine le Trump manie le chaud : effroi

Déjà qu'elle avait  tout de son père, (malgré ses tentatives de dédiabolisation), MLP s'affuble et s'acoquine depuis quelques semaines aux idées de son nouveau mentor, Donald Trump. Cela étant, à l'origine, la frontière était presque imperceptible entre ces deux personnages.

Les Français ne pourront pas dire qu'ils ne savaient pas.
Il suffit s'intéresser à ce qui se passe aux USA,  pour comprendre ce qui nous attend, si par malheur, la candidate FN arrivait sur la plus haute marche du pouvoir.
Par exemple, à propos des entreprises, elle affirme qu'elle ferait  la même chose que le président américain Donald Trump, qui a obtenu la relocalisation des activités américaines. Puis plus loin dans le discours : J’expliquerai à ces entreprises que si elles ne viennent pas en France, elles seront frappées d’un droit de douane. Nous verrons pour le montant, pour M. Trump c’est 35 % et ça a fonctionné. Ce n’est pas l’économie qui décide, c’est la politique.
Sur l'emploi, elle affirme son idée démoniaque : Je trouve normal qu’un pays réserve une priorité à l’emploi pour ses nationaux. Que feront toutes ces entreprises qui emploient des travailleurs étrangers face à cette taxation injuste :  Les choses sont très claires, nous avons 7 millions de chômeurs en France [selon le décompte le plus large, on compte en réalité environ 6 millions de chômeurs]. Donc si les entreprises n’arrivent pas à trouver une compétence, elles paieront alors plus cher pour la trouver à l’étranger.
Je ne vous parle pas du retour au nouveau franc, les explications de MLP sont identiques à l'état de pensée d'un bulot, lorsqu'il croise un cheval de course sur la plage de Trouville. 

Je n'ai absolument pas compris le choix de la rédaction de France2, lorsqu'elle a fait venir Patrick Buisson, ex-éminence grise de Nicolas Sarkozy, en qualité d'invité surprise. Il y avait mieux à faire pour clarifier les débats déjà brouillons et mal tenus par Léa Salamé, David Pujadas et Karim Rissouli

Najat Vallaud-Belkacem, pas assez affutée, trop jeune, trop agacée de débattre avec MLP a eu de la peine à  déséquilibrer la candidate frontiste. Je lui conseille vivement de faire un peu de relaxation ou (et)  de prendre un bon coach en communication.
(Crédit photo : capture d'écran)

jeudi 9 février 2017

Une certaine presse porte encore François Fillon

Face à cet énorme scandale que représente le Penelope Gate, l'on serait tenté de penser et d'écrire que la carrière politique de François Fillon devrait s'arrêter là.
Que nenni ! Après de vraies-fausses excuses à l'intention de je ne sais qui, (à la presse, aux Français, etc), et pourquoi s'excuser si tout était honnête, légitime, sans imposture et non-outrageant, le candidat de la droite dure continue son petit bonhomme de chemin, droit dans ses bottines de luxe.
Pire même, puisqu'il bénéficie de soutien de poids dans les journaux. 
Dernier exemple en date, l'éditorial signe Hubert Coudurier ce matin dans le Télégramme : [...]C'est donc la preuve que le quinquennat de François Hollande n'a pas accompli les réformes qui auraient permis au pays de sortir de l'ornière, et de ne pas laisser le socle du pays se déliter, ce qui inquiète beaucoup nos voisins allemands. Or le seul à poser clairement ces enjeux reste François Fillon[...]. Cette dernière petite phrase est juste là, posée, tranquillement, l'air de rien mine de rien. On remarquera là, toute l'habileté du journaliste pour faire passer ce petit message clair et limpide, François Fillon peut compter à l'avenir sur le soutien du directeur de l'information de ce journal régional. A mon avis, il doit y en avoir d'autres...